Le cube de la mort

Rubik's CubeQuatre faces de quatre couleurs différentes.

Neuf cubes par face.

Un grand cube.

Et, là, vous le reconnaissez et vous appelez au secours.

Le Rubik’s Cube, casse-tête le plus connu de la planète, vendu dans le monde entier avec toujours un immense succès depuis plus de trente ans.

Revenons un instant sur l’histoire de ce simple cube qui fait tant fureur. Et peur.

En 1974, Erno Rubik, professeur d’architecture hongrois et très intéressé par la géométrie et l’étude des formes en trois dimensions, invente pour ses élèves le Magic Cube, casse-tête en 3D constitué de quatre faces, elles-mêmes composées de neuf petits cubes indépendants les uns des autres. L’objet a pour but d’inciter les élèves à chercher comment les petits cubes peuvent être déplacés suivant les trois axes du grand cube, tout en restant solidaires les uns des autres, et donc de les forcer à réfléchir en trois dimensions.

Le Magic Cube n’est donc pas à l’origine un casse-tête. Ce n’est qu’en observant ses élèves manipuler l’objet que le professeur Rubik s’aperçoit que, une fois les cubes mélangés, la disposition initiale est difficile à retrouver. Il fait donc de son cube un casse-tête, obtient un brevet hongrois en 1975 à la fois pour l’idée et le mécanisme des trois axes, mais ne demande pas de brevet international.

Le Cube Rubik-c’est ainsi qu’il se nomme à l’époque-se répand par le bouche-à-oreille en Hongrie puis bientôt gagne en popularité dans toute l’Europe. Il est enfin exporté de Hongrie à partie de l’année 1980 vers Londres, Paris et New York, sous le nom de Rubik’s Cube**. Aujourd’hui, il est toujours connu sous ce nom et est distribué dans le monde entier.

Le cube fait d’ailleurs fureur dès sa mise sur le marché : plus de cent millions d’exemplaires sont vendus entre 1980 et 1982.

Mais le Rubik‘s* Cube* a fait du chemin depuis. En effet, la forme originale, qui est encore la plus connue, est la forme dite 3x3x3, c’est-à-dire composée de neuf cubes par face, soit trente-six cubes. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’il existe d’autres formes de cubes, des variantes, comme le *4x4x4, composé de quarante-huit petits cubes et commercialisé sous le nom de *Rubik’s Revenge, le 5x5x5 (Professor’s Cube), le 2x2x2 (Pocket Cube) etc. Il existe même des cubes composés de formes variables, comme des pyramides.

Mais le principe reste le même : mélanger puis tenter de retrouver la disposition initiale en mobilisant les trois axes du cube… plus facile à dire qu’à faire, certes.

Cependant, ce n’est pas impossible (et j’en suis la preuve vivante (mais ce n’est pas l’objet de cet article)). Il existe même des méthodes parfaitement scientifiques et exactes pour résoudre le casse-tête. La méthode la plus intuitive est la méthode dite en « couche par couche » appliquée par la plupart des gens qui savent en finir avec le cube, au grand dam des autres. Je ne dévoilerai pas ici les clés de ces méthodes mais sachez qu’il en existe une dizaine, parfois très complexes mais plus rapides, comme la méthode Roux.* *Enfin, pour les plus calés, une théorie mathématique sur le *Rubik’s Cube *a été développée et permet la résolution du cube par l’algèbre, en considérant que chaque configuration constitue un groupe fini. C’est à ce stade que je perds la moitié de mes lecteurs. C’est pourquoi je n’irai pas plus loin, de peur de finir par écrire dans le vide.

Le cube peut donc se résoudre (si, si !). Certaines personnes (leur planète d’origine n’est à cette date pas connue) savent même le faire en quelques secondes ! C’est pourquoi le Rubik’s Cube fait l’objet de concours et championnats officiels où les adeptes les plus rapides se disputent le chronomètre, tout type de cube en main, parfois les yeux bandés. Le premier championnat du monde de Rubik’s Cube s’est déroulé à Budapest en 1982. Mais c’est le 3 mars 2013 que le temps le plus rapide jamais atteint s’est vu officialisé par le Hollandais Mats Valk lors du Zonhoven Open 2013 : le cubeur fou a résolu le casse-tête en 5,55 secondes…

Et vous ?

Photo